Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Livres lus en Avril 2015

Publié le par musy

Bilan lectures

Bilan lectures

Romans  adultes :

Presque la mer de Jérôme Attal

L’accompagnatrice de Berberova

Le tour de la France par deux enfants de Bruno

Retour à Little Wing de Butler *

L’atelier des miracles de Duong Tong

Des pêches pour monsieur le curé d’Harris

Joseph de Lafon

Et soudain tout change de Legardinier #

Le propre de l’homme de Merle

Dewey de Myron #

36 chandelles de Roger *

Vivement l’avenir de Roger

Le dernier vide-grenier de Faith Bass Darling de Rutledge #

Essais/témoignages adultes :

En France d’Aubenas *

En Amazonie de Malet *

Romans jeunesse :

Le bal de givre de Colin

Divergente 3 de Roth

Albums jeunesse :

Ma mamie c’est de la dynamite de Dor et Garrigues # *

(L’* indique critique de lecture présente sur mon blog)

(# indique que je possède ce livre et peux vous le prêter)

PS merci à Sophie pour la photo de sa belle théière chat et liseuse !

Marjolaine

Publié dans Actu

Partager cet article

Retour à Little Wing de Nickolas Butler

Publié le par musy

Butler Little Wing Autrement

Butler Little Wing Autrement

Le livre :

Hank, Lee, Kip et Ronny sont amis à Little Wing, dans le Wisconsin. Lee revient à Little Wing pour le mariage de Kip et Felicia. Musicien renommé, il est pourtant attaché à ce coin des Etats-Unis, où la  vie coule tranquille et où la lumière baigne les champs de maïs avec douceur. C’est l’occasion pour chacun de repenser au temps qui passe, aux projets, aux amours…

Autour du livre :

J’ai repéré ce roman dans la sélection des romans des matchs de la rentrée littéraire de Priceminister et attiré par l’article louangeur de Miss Livy.

J’ai dévoré ce livre au style magnifique qui nous transporte dans ce Wisconsin à la beauté sauvage et aux émotions brutes de ces habitants si attachants.

Ce roman va être adapté au ciné.

Nickolas Butler est un auteur américain né en 1979 aux Etats-Unis.

Des citations :

« Ils s’installaient tous les deux sur l’énorme véranda, en silence. Ils observaient les vols en piqué des chauves-souris qui se détachaient sur fond d’étoiles. Ils écoutaient les chouettes. Ils regardaient les cerfs brouter dans les champs. »

« Quand je n’avais nulle part d’autre où aller, je revenais ici. Quand je n’avais rien, je revenais ici. Je revenais ici et je créais quelque chose à partir de rien. Je pouvais vivre pour trois fois rien ; il n’y avait rien où dépenser de l’argent, personne à impressionner. Les gens d’ici s’intéressent uniquement à ta conscience professionnelle, ton amabilité et tes compétences. J’étais revenu ici et j’y avais trouvé ma voix, comme un truc qui serait tombé de ma poche, comme un souvenir depuis longtemps oublié. »

« C’est ici que j’entends tout : le monde qui palpite différemment, le silence qui résonne comme un accord joué il y a une éternité, la musique dans les trembles, les sapins, les chênes et même les champs de maïs desséchés. »

Marjolaine

Publié dans Conseils de lecture

Partager cet article

En France de Florence Aubenas

Publié le par musy

Aubenas France Essai

Aubenas France Essai

Le livre :

Florence Aubenas, grand reporter, dessine dans cet essai, quelques portraits des français d’aujourd’hui. Elle s’attache aux petites gens qui se battent courageusement au quotidien, pour gagner leur vie, et vivre le plus dignement possible dans une France que la crise économique traverse.

Autour du livre :

Ayant beaucoup aimé son essai « le quai de Ouistreham »,  j’avais envie de lire ce livre. J’aime beaucoup la pudeur avec laquelle elle évoque les gens qu’elle rencontre, sans les juger. On ressent la tendresse qu’elle éprouve pour les petits héros du quotidien, dont on ne parle pas et qui se battent pour vivre dignement sans se plaindre.

Je lis peu d’essais mais je suis toujours intéressée par le travail de la plume de cet auteur.

Florence Aubenas est journaliste, grand reporter, née en 1961 à Bruxelles.

Des citations :

« Aubervilliers compte 42 % de logements sociaux , avec 5 000 personnes en attente. Ici, comme dans presque toute la région parisienne, il faut de huit à dix ans pour décrocher un F4 en HLM. »

«  La biscuiterie a longtemps tourné sans syndicat. A l’embauche, c’était d’ailleurs la seule question : « Vous ne faites pas de politique, au moins ? On ne veut pas de ça ici. » Ensuite, on recevait la blouse et on commençait le lendemain. Jeannette, c’était pour la vie, la plupart des ouvrières ont plus de trente ans de service. »

« En 1975, quand il a été recruté, « le terme ouvrier à la chaîne était synonyme d’ « esclave moderne ». Aujourd’hui, on nous appelle « privilégiés » ». Il a fini par y croire. « Ce qui était une fatalité pour nous est devenu le rêve de nos enfants » ».

Marjolaine

Publié dans Conseils de lecture

Partager cet article