Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

En France de Florence Aubenas

Publié le par musy

Aubenas France Essai

Aubenas France Essai

Le livre :

Florence Aubenas, grand reporter, dessine dans cet essai, quelques portraits des français d’aujourd’hui. Elle s’attache aux petites gens qui se battent courageusement au quotidien, pour gagner leur vie, et vivre le plus dignement possible dans une France que la crise économique traverse.

Autour du livre :

Ayant beaucoup aimé son essai « le quai de Ouistreham »,  j’avais envie de lire ce livre. J’aime beaucoup la pudeur avec laquelle elle évoque les gens qu’elle rencontre, sans les juger. On ressent la tendresse qu’elle éprouve pour les petits héros du quotidien, dont on ne parle pas et qui se battent pour vivre dignement sans se plaindre.

Je lis peu d’essais mais je suis toujours intéressée par le travail de la plume de cet auteur.

Florence Aubenas est journaliste, grand reporter, née en 1961 à Bruxelles.

Des citations :

« Aubervilliers compte 42 % de logements sociaux , avec 5 000 personnes en attente. Ici, comme dans presque toute la région parisienne, il faut de huit à dix ans pour décrocher un F4 en HLM. »

«  La biscuiterie a longtemps tourné sans syndicat. A l’embauche, c’était d’ailleurs la seule question : « Vous ne faites pas de politique, au moins ? On ne veut pas de ça ici. » Ensuite, on recevait la blouse et on commençait le lendemain. Jeannette, c’était pour la vie, la plupart des ouvrières ont plus de trente ans de service. »

« En 1975, quand il a été recruté, « le terme ouvrier à la chaîne était synonyme d’ « esclave moderne ». Aujourd’hui, on nous appelle « privilégiés » ». Il a fini par y croire. « Ce qui était une fatalité pour nous est devenu le rêve de nos enfants » ».

Marjolaine

Publié dans Conseils de lecture

Partager cet article

Ma mamie c'est de la dynamite ! de Dor et Garrigue

Publié le par musy

mamie Dor Garrigues Clochette Jeunesse

mamie Dor Garrigues Clochette Jeunesse

Le livre :

Violette adore sa grand-mère qu’elle surnomme Minouche. Il faut dire que Minouche est une grand-mère moderne : elle prend des cours de zumba, aime faire des croisières et même du roller !

Autour du livre :

Je remercie Babelio et les éditions Clochette qui m’ont fait découvrir ce livre gracieusement.

J’ai bien aimé le portrait dynamique qui est fait de cette grand-mère. Etre grand-mère ne signifie pas renoncer à s’amuser, voir ses amis et faire des projets.

J’aime beaucoup les dessins de cet album jeunesse qui sont plein d’humour et de couleurs.

Ça m’a fait penser à ma grand-mère maternelle que j’aimais beaucoup. Elle n’était pas sportive ni voyageuse mais aimait voir ses amis, sa famille, faire de bons repas, décorer la table, nous emmener au cinéma et chouchouter son monde et ses « vieilles-dames » à qui elle rendait visite (des personnes plus âgées qu’elle et seules ou en mauvaise santé).

Maureen Dor  est une actrice, chanteuse, animatrice, éditrice née en Belgique en 1970.

Roland Garrigues est un auteur et illustrateur jeunesse né à Paris.

Des citations :

« C’est vrai qu’on rigole bien avec Minouche. Quand je suis chez elle, je peux faire ce que je veux, elle ne me gronde jamais. Je peux regarder la télévision jusqu’à très tard le soir et aller me coucher sans me brosser les dents. Je mange des bonbons dans mon lit et des fois, je reste en pyjama toute la journée. »

« Elle rend visite aux plus vieux qu’elle dans les maisons de retraite (c’est une jeune vieille ma Minouche) et elle chante dans une chorale. »

Marjolaine

Publié dans Conseils de lecture

Partager cet article

Trente-Six chandelles de Marie-Sabine Roger

Publié le par musy

Roger trentenaire destin

Roger trentenaire destin

Le livre :

Mortimer Decime va avoir 36 ans. Il a tout prévu : ranger son appart, résilier son bail, couper gaz et électricité, mettre son  beau costume pour être prêt quand la mort le saisira à 11h pour ses 36 ans comme ses ancêtres masculins. Mais 11h passe et la mort ne l’emporte pas alors que son amie Paquita bavarde autour d’un café… Pourquoi le destin a rompu la malédiction familiale ?

Autour du livre :

J’ai adoré ce livre, aperçu dans la sélection des matchs de la rentrée littéraire de Priceminister. C’est un vrai coup de cœur en ce mois d’avril. J’ai découvert une romancière : Marie-Sabine Roger, un style, une tendresse et un humour dans son écriture.

J’ai emprunté deux autres romans de cet auteur à la bibli pour mieux découvrir le travail de cette auteur prolifique.

Marie-Sabine Roger est une romancière française née en 1957.

Des citations :

« Pour fêter l’événement, je m’étais même acheté un costume de deuil, avec chemise et chaussures assorties. Je n’avais pas lésiné sur le sombre et sur le noir. Pour les chaussettes, j’avais eu plus de mal à me déterminer. Imprimées de motifs, discrètement rayées ? Finalement, j’avais opté pour une fantaisie : des oursons  rouges et jaunes, clonés façon Andy Warhol, sur fond de neiges éternelles. Mourir, d’accord, mais du bon pied. J’adorais ces chaussettes. »

« Depuis que je connais Nassardine, il rate le café avec une constance admirable, ce qui ne l’empêche pas de poursuivre son rêve sans se décourager : retrouver le goût exact de ce kahwa mythique que faisait son grand-père. Dans ses souvenirs, en tout cas. »

Marjolaine

Publié dans Conseils de lecture

Partager cet article