Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Les ignorants d'Etienne Davodeau

Publié le par musy

ignorants BD Davodeau Futuropolis

ignorants BD Davodeau Futuropolis

La BD :

Etienne est dessinateur de BD. Il fait un accord avec son ami Richard, vigneron. Pendant plusieurs mois ils vont se faire découvrir leurs métiers respectifs. Etienne apprendra l’art de la vigne et Richard, celui du dessin… Une belle aventure professionnelle commence…

Autour de la BD :

Ce livre est proposé par Sophie, de mon club de lectrices dans le cadre du prix des lectrices.

J’ai bien aimé cette idée : faire découvrir à un ami concrètement son métier. Le travail de la vigne et du dessin est ici très bien expliqué et montré.

Je ne savais pas qu’il y avait autant d’étapes pour faire une bouteille de vin et une bande dessinée !

Etienne Davodeau est un dessinateur et scénariste de bandes dessinées né en 1965 dans le Maine et Loire.

Marjolaine

Publié dans Conseils de lecture

Partager cet article

Un homme, ça ne pleure pas de Faïza Guène

Publié le par musy

Guène famille Fayard

Guène famille Fayard

Le livre :

Mourad a une famille très vivante : sa mère en fait des tonnes pour un rien et son père plutôt discret, a ses habitudes et exigences. Mourad a beaucoup de pression sur ses épaules pour réussir sa vie et a un seul cauchemar : devenir obèse avec des cheveux poivre et sel…

Autour du livre :

J’ai découvert l’écrivain Faïza Guène quand elle a écrit son premier livre « kiffe kiffe demain », original par son style.

J’ai été attirée par le titre de ce roman « un homme, ça ne pleure pas ». Effectivement on attribue souvent les larmes aux femmes et socialement il est mal vu de voir un homme pleurer, comme si c’était peu viril. J’ai toujours trouvé ça idiot.

 J’ai beaucoup aimé ce roman où l’on suit la vie de Mourad, un peu looser, pas méchant, qui se débat comme il peut dans sa famille hors du commun. J’ai beaucoup aimé le personnage de la mère, très théâtrale et l’humour qui ressort de ce texte.

Faïza Guène est une écrivain française née en 1985 à Bobigny.

Une citation :

«Mauvaise fréquentation ? Le garçon a amené un jeu vidéo ! A t’écouter, on dirait que tu les as surpris en train de vendre de la drogue !

-Eh bah, ça commence par les jeux vidéo, ensuite c’est la drogue dans des seringues et des gardes à vue ! Tu me reproches de vouloir le meilleur pour mon enfant ? Hein ? Je suis une mauvaise mère, d’après toi ? »

"Mon cœur est fendu ! Il est déchiré ! Je te croyais mort ! Je suis vraiment déçue. D’après toi, je ne mérite même pas un coup de fil ? Est-ce que tu sais que je dors avec ta photo ? Celle où tu portes la chemise bleue et ton appareil dentaire… Je croyais que tu comprenais la valeur d’une mère… Tu sais ce que c’est de porter un enfant dans son ventre ? De le nourrir de son sein ? De veiller quand il a de la fière ? De s’inquiéter pour lui le soir et le matin ? Je suis fâchée ! Très fâchée ! » Huit jours sans téléphoner = fin du monde. »

Marjolaine

Publié dans Conseils de lecture

Partager cet article

Xenia de Gérard Mordillat

Publié le par musy

Xenia Mordillat Calmann-Lévy

Xenia Mordillat Calmann-Lévy

Le livre :

Xenia est à part.  Xenia est belle, courageuse et se bat contre la misère de sa vie et par amour pour son bébé. Elle est prête à tout : faire le ménage dans les entreprises, être caissière, serveuse... La vie ne l’a pas gâtée pourtant elle a des anges gardiens sur sa route : Blandine, sa voisine caissière et son fils Samuel qui lui gardent de temps en temps son enfant, la mère d’Aziz, toujours prête à la dépanner… Xenia est une petite héroïne du quotidien.

Autour du livre :

J’ai découvert ce roman lors d’une émission de la Grande Librairie.

J’ai été touchée par le portrait de ce personnage féminin si courageux qui fait de son mieux dans sa chienne de vie. Je pense qu’il existe tellement de femmes anonymes qui se battent au quotidien, comme Xenia, pour faire vivre leur petit monde et je les admire.

Gérard Mordillat est un écrivain français né en 1949 à Paris.

Une citation :

« C’est un oiseau affolé qui tantôt court d’un côté, tantôt de l’autre, espérant retrouver l’air libre, la lumière du ciel. »

Marjolaine

Publié dans Conseils de lecture

Partager cet article