Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Les neuf dragons de Michael Connelly

Publié le par musy

Polar Connelly

Polar Connelly

Le livre :

Harry Bosch, inspecteur de police, enquête sur un meurtre dans le quartier chinois de Los Angeles. Il soupçonne les triades chinoises d’en être à l’origine. Bientôt il reçoit une vidéo de sa fille Madeline qui vit à Hong Kong avec son ex-femme. Elle vient d’être enlevée et demande de l’aide…

Autour du livre :

Un bon polar à l’intrigue haletante.

J’ai été très intéressée de découvrir l’histoire des triades chinoises que je ne connaissais pas.

J’aime lire les polars de Connelly et suivre le personnage récurrent d’Harry Bosch.

Michael Connelly est un écrivain américain né en 1956.

Des citations :

« La création des triades remonte au dix-septième  siècle. Il y avait cent treize moines au monastère de Shaolin. Des boudhistes. Les envahisseurs mandchous ont attaqué le monastère et tué tous les moines, sauf cinq. Ces cinq moines qui restaient ont alors créé des sociétés secrètes dont le but était de chasser les envahisseurs. Les triades étaient nées. Mais, au fil des siècles, elles ont évolué. Elles ont laissé tomber la politique et le patriotisme, et sont devenues des organisations criminelles. Tout à fait comme les mafias italienne et russe, elles pratiquent l’extorsion et le racket de la protection. Pour honorer les fantômes des moines massacrés, le montant de ces paiements est en général un multiple de 108. »

« Parce que chacun des moines a lancé sa triade. Tian di hui, ce qui veut dire « société de la terre et des cieux. » Tous ces groupes avaient un drapeau en forme de triangle pour symboliser la relation entre le ciel, la terre et l’homme. C’est de là qu’est partie l’appellation « triade ». »

Marjolaine

Livres lus en février 2015

Publié le par musy

Bilan lecture Février

Bilan lecture Février

Romans  adultes :

Je m’appelle livre et je vais vous raconter mon histoire d’Agard # *

La bibliothèque des cœurs cabossés de Bivald # *

Un peu de respect, j’suis ta mère ! de Casciari *

Les traces de Coulin *

Danser les ombres de Gaudé # *

Le clan suspendu de Guéreau # *

Sous les couvertures de Guillot # *

Maria de Pelot

Une vie de lumière et de vent de Signol #

On vous rappellera de Talneau

La maison de thé de Tournier

Essais adultes :

La parisienne de Paris de ? # *

Conseils à un jeune poète et lettres à un étudiant de Max Jacob

Anne Finne d’Arnaud Cathrine

Comme un roman de Pennac *

Polars :

L’homme inquiet de Mankell

Romans jeunesse :

Victor l’enfant sauvage de Delval # *

La plus belle fille du monde de Desarthe

Le diable et son valet d’Horrowitz

Alabama Moon de Kay *

Le nom de code d’Anastasia de Lowry

Le bal d’anniversaire de Lowry

Les Willoughby de Lowry

Lili Babylone de Maugendre

Réseau(x) (tome 2) de Villeminot

Albums jeunesse :

Le loup d’Aymé

L’oiseau de pluie de Bermond

Mariette, soupir et le petit cerisier de Schwartz

Loupiotte de Stehr

Irène la courageuse de Steig

Lettres du père noël de Tolkien *

BD/mangas :

Le journal de mon père de Taniguchi *

(L’* indique critique de lecture présente sur mon blog)

(# indique que je possède ce livre et peux vous le prêter)

Marjolaine

Les traces de Delphine Coulin

Publié le par musy

Coulin seniors

Coulin seniors

Le livre :

Claire est dame de compagnie pour personnes âgées. Tous les jours elle s’occupe du bien-être d’Alice, Hugo et Anne-Louise en les aidant à se laver, manger, boire, se soigner, se divertir. Alice aime regarder « Questions pour un champion », Hugo des documentaires animaliers et Anne-Louise parler de sa famille. Claire en a assez certains jours d’être patiente et de s’occuper d’eux. Elle aimerait une vie à elle…

Autour du livre :

Un beau livre sur toutes les personnes qui s’occupent professionnellement des personnes âgées. On ressent beaucoup d’émotion avec ce livre qui parle de la vieillesse et des petites choses du quotidien. Quelquefois je n’ai pas compris le comportement de Claire mais après tout c’est un personnage de papier.

J’ai été touchée parce que je connais  un peu les maisons de retraite : une découverte de ce drôle d’endroit quand ma grand-mère paternelle y était, une volonté de donner de mon temps quand j’étais bénévole à Se Canto, association de chants en maison de retraite et à présent par des visites régulières à mon grand-père maternel qui y est.

Delphine Coulin est une écrivain français née en 1972.

Des citations :

« Elle attendait que je finisse de lui laver les jambes, toutes maigres, toutes fripées, des bâtons sous la peau. On dit que ce sont les jambes qui vieillissent le moins chez une femme, mais il faut croire qu’il arrive un moment où tout est hors d’âge. »

« Alice était coquette, et elle voulait que continue à lui vernir les ongles d’un léger rose nacré. Pourtant, elle ne voyait plus, et elle ne voulait plus qu’on vienne la voir. Elle avait honte, elle avait peur de trébucher devant les gens, elle ne voulait pas qu’on dise au-dehors qu’elle était « diminuée », elle préférait rester seule, à effleurer du bout des doigts ses ongles faits et lisses. »*

« Elle m’a regardée d’un air perplexe. Elle ne trouvait pas le mot. Et le temps qu’elle le cherche, elle ne savait déjà plus ce qu’elle avait voulu dire. Et moi non plus, d’ailleurs. Parfois je mettais derrière ses phrases des intentions qui n’y étaient probablement pas. »

Marjolaine

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 200 300 400 500 > >>