Une part de ciel de Claudie Gallay

Publié le par musy

Une part de ciel de Claudie Gallay

Le livre :

Carole retourne pour quelques semaines dans sa vallée de montagne, à Val-des-Seuls pour passer du temps avec son frère Philippe, sa sœur Gaby et attendre la visite de leur père Curtil pour Noël. Elle s’installe dans un gîte et consacre du temps à traduire un livre de Christo, l’artiste anglais qui entoure de tissu des monuments géants. Elle qui vient de la ville, redécouvre le calme de cette vie de montagne, au cœur du silence, de la simplicité des âmes et de la nature. Elle est tourmentée par un souvenir d’enfance : lors de l’incendie de leur maison, sa mère a sauvé son frère et elle des flemmes, laissant les pompiers sauver sa sœur Gaby. Pourquoi sa mère l’a choisie et pas Gaby ? Gaby qui vit dans une baraque misérable avec ses poumons malades depuis ce jour-là et qui élève comme elle peut une gosse qu’elle a recueillie et qu’elle appelle  « La Môme ». Gaby est simple, un peu brusque mais a un cœur d’or. Elle rêve d’avoir une belle maison et que son homme, Ludo, sorte de prison pour réaliser ce souhait. Le temps passe et tout le monde attend Curtil. Comme Godot, ils l’attendent sans savoir quand il viendra et s’il finira vraiment par venir…

Autour du livre :

J’avais lu « Les déferlantes » de la même écrivain et j’avais été un peu ennuyée par ce roman mélancolique. Ici, je me suis laissée apprivoiser par ce roman d’ambiance, du temps qui passe pendant que les habitants de cette vallée poursuivent jour après jour leur vie. J’ai été touchée par le personnage de Gaby, qui est nature, proche de ses émotions et peu habile à toujours comprendre les autres, le monde qui l’entoure.

Un beau roman à lire en hiver avec une boisson chaude pour se laisser porter par sa poésie.

Claudie Galay est une écrivain français née en 1961. Une part de ciel est son 8ème roman.

Des citations :

« Après, j’ai longé la rivière, le fond était recouvert de galets que l’onde glacée faisait miroiter. J’ai plongé la main sous la surface, la ligne de mes doigts s’est brisée, j’ai retiré un caillou blanc, luisant, plus brillant que les autres mais une fois sorti de l’eau, il a perdu son éclat Je l’ai remis dans l’eau et il a scintillé à nouveau. »

« Au zinc, on commentait tout ce qui se disait, les ragots sordides, les querelles, les haines, on ne perdait aucune bribe, c’était bien mieux que le journal du matin. »

« « En tout être humain, y’a un lac, a dit ma mère, une tristesse liquide que les oignons aident à vider. » »

Marjolaine

Publié dans Conseils de lecture

Commenter cet article

Accalia 23/01/2015 16:47

J'avais passé un bon moment avec ce roman. Par contre, j'avais nettement préféré Les Deferlantes, qui avait été un véritable coup de cœur pour moi! Mais j'aime beaucoup l'atmosphère et l'écriture de cette auteure!