Sous les couvertures de Guillot

Publié le par musy

Guillot Humour Livres

Guillot Humour Livres

Le livre :

Les livres de la librairie sont en ébullition : leur survie est menacée ! Le libraire et son employée Sarah, font régulièrement des cartons avec les livres qui ne se vendent pas pour les retourner aux éditeurs. Réunis dans le boudoir, les livres décident de faire une action d’éclat : chasser les best-sellers de la table principale et prendre leur place pour espérer être vendus plus vite. Les clans se forment. Dehors la nuit tombe. Le vieux libraire réfléchit à son commerce et Sarah rêve de moderniser les choses…

Autour du livre :

J’ai découvert ce livre dans la liste proposée pour les matchs de la rentrée littéraire par Priceminister.

J’ai lu la critique de Missbouquin qui m’a convaincue qu’il fallait que je lise ce livre !

J’ai adoré ce petit livre plein d’humour où les livres prennent vie, se battent, parlementent. Une bonne réflexion sur le rôle de la librairie d’aujourd’hui à l’heure où le monde du livre est dans la tourmente de débats, de fermetures de petites librairies, de la question du numérique etc

Un vrai coup de cœur de ce mois de février !

Bertrand Guillot est un auteur français.

Des citations :

« Et que disaient-ils les romans français ? Ils râlaient, bien sûr. Contre le monde qui allait mal, et l’édition encore pire, contre leurs éditeurs, contre les lecteurs ignorants, contre les journalistes qui les snobaient. Ils râlaient à peu près chaque soir, en chœur et avec verve, et souvent le samedi  finissait en chansons.

« Un instant plus tard, Rouge exhiba ce qu’il restait du papier glacé et s’en drapa en vainqueur comme il l’aurait fait d’une peau de bête.

 – Ce soir, il y aura une jaquette pour tous, ou pour personne ! promit-il. »

« Il y eut un silence, puis le râle discret d’un masque qui tombe. Le vernis fondait à vue d’œil sur la couverture du best-seller, laissant apparaître dans sa cruelle nudité une écriture dépressive et boursouflée, une baudruche sans âme qui se dégonflait à la première lecture. Le roi des tickets de caisse était nu ; il n’y avait plus qu’à reconnaître les évidences. »

« - Tiens, les papiers, dit-elle en ouvrant une application. Toujours vivants ?

Personne ne répondit.

-Je plaisante, fit la tablette. Vous savez bien que nous sommes complémentaires ; le papier existera toujours pour une certaine frange de lecteurs, et je peux amener à vous ce lectorat plus jeune qui déserte les librairies. Mais la mutation des usages est inéluctable. Le taux de pénétration du numérique chez les gros lecteurs est en progression constante, avec une croissance à deux chiffres sur…

Comme un diable sorti de sa boîte, elle s’était lancée en monologue. Elle parlait vite, avec une voix métallique et le débit dramatisé d’une publicité télévisée. »

Marjolaine

Publié dans Conseils de lecture

Commenter cet article