Room d'Emma Donoghue

Publié le par musy

Room Donoghue Stock captivité

Room Donoghue Stock captivité

Le livre :

Un enfant et sa mère habitent depuis plusieurs années dans « La chambre », un lieu clos fermé par un digicode dont seul Le grand méchant Nick détient le code. Ils occupent leurs journées de leur mieux, à regarder Madame Télé, à faire des travaux manuels, à chanter, à lire des histoires, toujours les mêmes puisqu’ils n’ont que peu de livres à leur disposition. Au cinquième anniversaire de l’enfant, sa mère décide de lui révéler quel est ce « Dehors » qu’ils voient dans Madame Télé ou qu’ils devinent par la lucarne de la Chambre …

Autour du livre :

J’ai lu ce livre dans le cadre de mon club de lectrices, pour la session d’avril et suggéré par Claire. Au départ si le contexte de l’histoire m’a serrée le cœur, j’ai été très vite touchée par les personnages, très attachants et par le style de l’auteur. En effet, l’enfant ne connaît rien du Dehors et nomme les choses à sa manière, son imagination lui servant de repère et d’évasion.

Ce livre m’a fait penser avec émotion à toutes les Julie, Mélissa (affaire Dutroux), Natascha Kampusch du monde.

Je ne sais pas si j’aurais le courage moral de regarder l’adaptation cinématographique de ce roman qui a valu un oscar à son actrice Brie Larson.

Un livre à lire en écho à « La prisonnière » de Malika Oufkir et Michèle Fitoussi qui conte sa captivité avec sa mère, ses frères et ses sœurs, au fin fond du désert marocain pendant vingt ans, suite à la tentative d’assassinat de son père le général Oufkir contre son père adoptif, le roi Hassan II. (Le général Oufkir a été assassiné pour son geste). Malika raconte à ses frères et sœurs et mère, tous les soirs, des histoires qu’elle invente pour les faire évader dans leur tête de leur captivité sordide.

Emma Donoghue est une écrivain irlandaisée née en 1969.

Les citations :

« Comment Madame Télé peut montrer des choses en vrai ? Je les imagine en train de flotter tous ensemble dans l’Espace, derrière les murs : le canapé, les colliers, le pain et les a-mal-gésiques et aussi tous les gens comme les boxeurs, le monsieur avec une seule jambe et la dame aux cheveux gonflés qui volent au-dessus de Madame Lucarne. »

Marjolaine

Publié dans Conseils de lecture

Commenter cet article