La fille du train de Paula Hawkins

Publié le par musy

Hawkins train Sonatine

Hawkins train Sonatine

Le livre :

Rachel prend tous les jours le train pour aller et revenir du boulot. Elle aime observer le paysage qui défile derrière la vitre. Elle repère une maison en bord de voie et se surprend à imaginer le quotidien du couple qui l’habite et qu’elle a surnommés Jess et Jason. Un jour, elle apprend dans le journal que Jess est portée disparue. Rachel décide de mener l’enquête...

Autour du livre :

J’ai beaucoup entendu parler de ce livre dans les médias.

J’ai beaucoup aimé ce polar qu’on a du mal à lâcher tant le suspense est intense… La narration alterne les voix de femmes : celle de Rachel, le personnage principal, jeune femme en déséquilibre personnel et professionnel, qui trouve bien souvent refuge dans l’alcool et qui tient la narration principale, Anna, la seconde femme de Tom (l’ex-époux de Rachel) qui aime son conjoint, son enfant et qui se méfie d’une ancienne épouse bien encombrante, Megan qui habite dans une petite maison en bordure de la voie de chemin de fer…

La vérité n’est pas toujours où on l’attend et il faut attendre la toute fin du roman pour remettre en place les pièces du puzzle de la vérité.

Un premier roman haletant, de grande puissance, qui continue de nous hanter, une fois refermé. Désormais, vous ne prendrez plus le train comme avant...

Un roman à lire en écho aux « Apparences » de Flynn  (aussi édité aux Editions Sonatine et adapté au cinéma sous le titre "Gone Girl") qui suit l’histoire d’un couple à l’apparence sans histoires…

J’ai bien envie de continuer à découvrir les excellents romans des Editions Sonatine, autour de polars passionnants.

Paula Hawkins est une écrivain britannique née en 1972. « La fille du train" est son premier roman » dont les droits d’adaptations cinématographiques ont été acheté par Steven Spielberg.

Les citations :

« La tête appuyée contre la vitre du train, je regarde défiler ces maisons, comme un travelling au cinéma. J’ai une perspective unique sur elles ; même leurs habitants ne doivent jamais les voir sous cet angle. Deux fois par jour, je bénéficie d’une fenêtre sur d’autres vies, l’espace d’un instant. Il y a quelque chose de réconfortant à observer des inconnus à l’abri, chez eux. »

« Le train s’arrête. Nous sommes presque au niveau de la maison de Jess et Jason, mais je ne peux rien voir, il y a le wagon et la voie ferrée entre nous, et trop de gens qui me bouchent la vue. Je me demande s’ils sont là, s’il sait, s’il est parti, ou s’il vit encore une vie dont il n’a pas encore découvert qu’elle n’est qu’un mensonge. »

 

Marjolaine

Publié dans Conseils de lecture

Commenter cet article