Le ciel nous appartient de Katherine Rundell

Publié le par musy

violoncelle paris Rundell Les grandes personnes

violoncelle paris Rundell Les grandes personnes

Le livre :

Lorsque le paquebot Queen Mary sombre, un homme sauve de la noyade un étui de violoncelle dans lequel a trouvé refuge un petit bébé. Des années plus tard, la petite Sophie bénéficie de l’éducation fantasque, tendre, musicale et culturelle de son tuteur nommé Charles. Mais ce style de vie hors du commun ne plaît pas aux services sociaux de l’enfance qui veulent placer l’enfant dans un institut qui lui donnera une éducation convenable. L’homme et l’enfant décident de fuir à Paris, sur les traces du constructeur de l’étui de violoncelle qui pourrait donner à Sophie des informations sur sa famille…

Autour du livre :

Je remercie Sara de m’avoir conseillée ce livre à la couverture si attrayante (dessin d’Isabelle Arsenault).

Un livre que j’ai dévoré en quelques heures, passionnée par l’histoire de Sophie, son tuteur et leurs aventures.

J’ai beaucoup aimé l’éducation fantasque que lui donne Charles, pleine de liberté, fantaisie, culture  et tout en tendresse, loin des conventions habituelles de l’éducation classique qu’aurait eu Sophie en orphelinat.

La passion de Sophie pour son violoncelle, qu’elle aime jouer sur le toit de chez eux, me plaît car le violoncelle est un instrument délicat, peu facile à apprivoiser. Une de mes sœurs l'a pratiqué. De plus, il me rappelle le très beau morceau de musique « le cygne » de Camille St Saens qui valorise cet instrument dont il révèle toute la sensibilité dans une courte évocation de la fragilité du cygne dans son « Carnaval des animaux ».

L’amitié de Sophie pour les gamins de Paris, qui vivent entre ciel et terre et à qui « le ciel appartient » (donnant ainsi au roman son titre), me rappelle un personnage comme celui de  Gavroche, l’archétype du gamin des rues, dans mon roman préféré « Les misérables » de Victor Hugo. Le petit Matteo qui lui donne ainsi une leçon de liberté est très attachant.

J’avais déjà lu « L’infortune de Kitty Grey » de Mary Hooper de la même maison d’édition « Les Grandes personnes » que j’avais beaucoup aimé. J’ai envie de continuer à découvrir cette maison d’édition prometteuse.

Je vous conseille de lire « Les misérables » de Victor Hugo pour mieux découvrir l’histoire de Gavroche, l’éternel gamin de Paris.

Katherine Rundell est une auteur anglaise née en 1987.

Les citations :

« On trouva l’enfant soigneusement enveloppé dans la partition d’une symphonie de Beethoven. Il avait dérivé  à plus d’un kilomètre du paquebot, et fut le dernier à être secouru. L’homme qui le recueillit dans un canot de sauvetage était lui aussi l’un des passagers, et un érudit. Tout érudit se devant d’être un fin observateur, l’homme remarqua qu’il avait affaire à une fille. Elle avait des cheveux de la couleur des éclairs, et un sourire timide. »

« Le violoncelle qu’ils choisirent était petit, mais malgré tout trop volumineux pour qu’elle puisse en jouer dans sa chambre. Charles débloqua donc la lucarne du grenier, et les jours où il ne pleuvait pas, Sophie pouvait grimper sur le toit et jouer de son instrument, au milieu des feuilles mortes et des pigeons. »

Marjolaine

Publié dans Livres jeunesse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article