Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Tout va très bien madame la comtesse ! de Francesco Muzzopappa

Publié le par musy

comtesse humour Muzzopappa

comtesse humour Muzzopappa

Le livre :

La comtesse Maria Vittoria dal Pozzo della Cisterna n'en peut plus : son mari est mort écrasé contre un arbre, son fils Emanuele est un bellâtre crétin comme une bûche qui dilapide l’héritage familial. La comtesse se doit d’agir et vite si elle veut garder son train de vie exceptionnel et boire les cocktails que lui prépare avec minutie, Orlando, son majordome zélé…

Autour du livre :

J’ai eu envie de lire ce livre dont le titre rappelle la chanson « Tout va très bien madame la marquise » de Ray Ventura, qui conte les mésaventures d’une comtesse qui apprend petit à petit  au téléphone par son majordome, l’étendue du désastre qui l’attend à son retour chez elle.

Il est difficile de trouver des livres légers à lire (ou « feel good » comme on le dit souvent) et à conseiller à mon entourage ou aux usagers de la bibliothèque, aussi j’en lis dès que le titre m’inspire  et en défend l’achat lors des réunions d’acquisitions (pour choisir les nouveautés à acheter ) à la bibliothèque. Dans la liste des auteurs « feel good », je mets : Legardinier, Safier, Jonasson, Bartelt, Sharpe, Paasilinna, Monfils, Bennett, Puertolas… et maintenant Muzopappa !

J’ai bien aimé découvrir ce roman  plein d’humour de Muzzopappa qui présente des personnages loufoques comme la comtesse, rusée, digne et exubérante, le fils très bête, le petit dealer vulgaire mais soigneux et le super-voleur looser à la fierté unique. Un moment détendant sans prétention. Un style sans folies mais qui se laisse lire. Un livre qui met de bonne humeur !

Francesco Muzzopappa est un écrivain italien né en 1976.

Les citations :

« Mais pour me remplacer, il faudrait un esprit avisé, doué d’un charisme que mon fils, à l’instar des huîtres, est fort loin de posséder. »

« Ce n’est plus un mystère. Beaucoup de parvenus, envieux, décident de s’offrir un titre nobiliaire en l’achetant à bas prix quelque part sur l’Internet. Le plus souvent, ils reçoivent des parchemins contrefaits en Albanie. « Ils veulent être nous », disait mon père, devenu vieux et sur le point de retomber en enfance. Comme si pour nous, il suffisait de se faire expédier un parchemin. De la noblesse, ils n’ont ni les manières ni le savoir-faire ; ils n’en ont pas non plus l’aplomb, ni le détachement caractéristique, indispensables lors de dîners importants. Ils ne savent pas rester à leur place et ne respectent pas les tours de parole. Ils s’imposent et cherchent à dominer la conversation. »

Marjolaine

Publié dans Conseils de lecture

Partager cet article

Repost 0

Livres lus en juin 2016

Publié le par musy

bilan juin

bilan juin

Romans  adultes :

La petite boulangerie du bout du monde de Colgan #

Ils vécurent heureux, eurent beaucoup d’enfants et puis… de Cunningham

L’arbre qui donna le bois dont on fit Pinocchio de Gourio *

Mentir n’est pas trahir de Huth

Elvis Cadillac de Monfils

Tout va très bien Madame la Comtesse de Muzzopappa *

Apaise le temps de Quint

Un doux pardon de Spielman

Nos adorables belles-filles de Valognes

Biographie adultes :

Comédie française de Luchini

BD adultes :

Le dernier des sioux (Ulysse Wincoop T.1) de Bachelier

Yessica voyance de Bauthian

Nouvelles Orléans (Pirates de Barataria T.1) de Bourgne

Carthagène (Pirates de Barataria T.2) de Bourgne

Les terres rares (Bob Morane Renaissance T.1) de Brunschwig

Dilemma de Clarke

Love story à l’iranienne de Deuxard

L’homme qui hurla « Merde ! » à Waterloo  (Homme de l’année T.3) de Latour

Nous ne dirons rien de leurs femelles (Communardes T.3) de Lupano

Le sculpteur de McCloud

Anent, nouvelles des indiens Jivaros de Pignocchi

Romans jeunesse :

La chose de Fontanel

La mémoire de l’eau de Gandolfi

Le petit Nicolas et ses voisins de Goscinny

Le ciel nous appartient de Rundell *

L’opossum qui avait l’air triste de Tashlin

Albums jeunesse

C’est juste Stanley d’Ager

Mon ami crocodile de Bernard

Y’a un louuuuhouu ! de Bouchard

Rebelle au bois dormant de Clément

Tchà chez le coiffeur de Dalrymple

Un mammouth dans le frigo d’Escoffier

Rhino vole d’Higgins

Le chien-chien à sa mémère de Lestrade

La petite princesse nulle de Nadja

Boucle d’ours de Servant

C'est un livre de Smith

Bruno : quelques jours de ma vie très intéressante de Valckx

C’est pas grave de Van Zeveren

Le yéti aux petits pieds de Zimmermann

BD jeunesse

 L’agent tous risques (L’agent 2012 T.29) de Cauvin

Le gardien de la pierre (Amulet T.1) de Kibuishi

La malédiction du gardien de la pierre (Amulet T.2) de Kibuishi

Le chercheur de nuages (Amulet T.3) de Kibuishi

Le dernier conseil (Amulet T.4) de Kibuishi

Le prince des elfes (Amulet T.5)  de kibuishi

 (L’* indique une critique de lecture présente sur mon blog)

(# indique que je possède ce livre et que je peux vous le prêter)

 

Marjolaine

PS : merci à Solveig pour son magnifique mug pastèque !

Publié dans Actu

Partager cet article

Repost 0

Le ciel nous appartient de Katherine Rundell

Publié le par musy

violoncelle paris Rundell Les grandes personnes

violoncelle paris Rundell Les grandes personnes

Le livre :

Lorsque le paquebot Queen Mary sombre, un homme sauve de la noyade un étui de violoncelle dans lequel a trouvé refuge un petit bébé. Des années plus tard, la petite Sophie bénéficie de l’éducation fantasque, tendre, musicale et culturelle de son tuteur nommé Charles. Mais ce style de vie hors du commun ne plaît pas aux services sociaux de l’enfance qui veulent placer l’enfant dans un institut qui lui donnera une éducation convenable. L’homme et l’enfant décident de fuir à Paris, sur les traces du constructeur de l’étui de violoncelle qui pourrait donner à Sophie des informations sur sa famille…

Autour du livre :

Je remercie Sara de m’avoir conseillée ce livre à la couverture si attrayante (dessin d’Isabelle Arsenault).

Un livre que j’ai dévoré en quelques heures, passionnée par l’histoire de Sophie, son tuteur et leurs aventures.

J’ai beaucoup aimé l’éducation fantasque que lui donne Charles, pleine de liberté, fantaisie, culture  et tout en tendresse, loin des conventions habituelles de l’éducation classique qu’aurait eu Sophie en orphelinat.

La passion de Sophie pour son violoncelle, qu’elle aime jouer sur le toit de chez eux, me plaît car le violoncelle est un instrument délicat, peu facile à apprivoiser. Une de mes sœurs l'a pratiqué. De plus, il me rappelle le très beau morceau de musique « le cygne » de Camille St Saens qui valorise cet instrument dont il révèle toute la sensibilité dans une courte évocation de la fragilité du cygne dans son « Carnaval des animaux ».

L’amitié de Sophie pour les gamins de Paris, qui vivent entre ciel et terre et à qui « le ciel appartient » (donnant ainsi au roman son titre), me rappelle un personnage comme celui de  Gavroche, l’archétype du gamin des rues, dans mon roman préféré « Les misérables » de Victor Hugo. Le petit Matteo qui lui donne ainsi une leçon de liberté est très attachant.

J’avais déjà lu « L’infortune de Kitty Grey » de Mary Hooper de la même maison d’édition « Les Grandes personnes » que j’avais beaucoup aimé. J’ai envie de continuer à découvrir cette maison d’édition prometteuse.

Je vous conseille de lire « Les misérables » de Victor Hugo pour mieux découvrir l’histoire de Gavroche, l’éternel gamin de Paris.

Katherine Rundell est une auteur anglaise née en 1987.

Les citations :

« On trouva l’enfant soigneusement enveloppé dans la partition d’une symphonie de Beethoven. Il avait dérivé  à plus d’un kilomètre du paquebot, et fut le dernier à être secouru. L’homme qui le recueillit dans un canot de sauvetage était lui aussi l’un des passagers, et un érudit. Tout érudit se devant d’être un fin observateur, l’homme remarqua qu’il avait affaire à une fille. Elle avait des cheveux de la couleur des éclairs, et un sourire timide. »

« Le violoncelle qu’ils choisirent était petit, mais malgré tout trop volumineux pour qu’elle puisse en jouer dans sa chambre. Charles débloqua donc la lucarne du grenier, et les jours où il ne pleuvait pas, Sophie pouvait grimper sur le toit et jouer de son instrument, au milieu des feuilles mortes et des pigeons. »

Marjolaine

Publié dans Livres jeunesse

Partager cet article

Repost 0

1 2 > >>