Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Room d'Emma Donoghue

Publié le par musy

Room Donoghue Stock captivité

Room Donoghue Stock captivité

Le livre :

Un enfant et sa mère habitent depuis plusieurs années dans « La chambre », un lieu clos fermé par un digicode dont seul Le grand méchant Nick détient le code. Ils occupent leurs journées de leur mieux, à regarder Madame Télé, à faire des travaux manuels, à chanter, à lire des histoires, toujours les mêmes puisqu’ils n’ont que peu de livres à leur disposition. Au cinquième anniversaire de l’enfant, sa mère décide de lui révéler quel est ce « Dehors » qu’ils voient dans Madame Télé ou qu’ils devinent par la lucarne de la Chambre …

Autour du livre :

J’ai lu ce livre dans le cadre de mon club de lectrices, pour la session d’avril et suggéré par Claire. Au départ si le contexte de l’histoire m’a serrée le cœur, j’ai été très vite touchée par les personnages, très attachants et par le style de l’auteur. En effet, l’enfant ne connaît rien du Dehors et nomme les choses à sa manière, son imagination lui servant de repère et d’évasion.

Ce livre m’a fait penser avec émotion à toutes les Julie, Mélissa (affaire Dutroux), Natascha Kampusch du monde.

Je ne sais pas si j’aurais le courage moral de regarder l’adaptation cinématographique de ce roman qui a valu un oscar à son actrice Brie Larson.

Un livre à lire en écho à « La prisonnière » de Malika Oufkir et Michèle Fitoussi qui conte sa captivité avec sa mère, ses frères et ses sœurs, au fin fond du désert marocain pendant vingt ans, suite à la tentative d’assassinat de son père le général Oufkir contre son père adoptif, le roi Hassan II. (Le général Oufkir a été assassiné pour son geste). Malika raconte à ses frères et sœurs et mère, tous les soirs, des histoires qu’elle invente pour les faire évader dans leur tête de leur captivité sordide.

Emma Donoghue est une écrivain irlandaisée née en 1969.

Les citations :

« Comment Madame Télé peut montrer des choses en vrai ? Je les imagine en train de flotter tous ensemble dans l’Espace, derrière les murs : le canapé, les colliers, le pain et les a-mal-gésiques et aussi tous les gens comme les boxeurs, le monsieur avec une seule jambe et la dame aux cheveux gonflés qui volent au-dessus de Madame Lucarne. »

Marjolaine

Publié dans Conseils de lecture

Partager cet article

Repost 0

Livres lus en février 2016

Publié le par musy

bilan lectures février

bilan lectures février

Romans  adultes :

Le chevalier inexistant de Calvino

Le peigne de Cléopâtre d’Ernestram #

La ballade d’Hester Day d’Helnwein

Le mépris de Moravia

Les mots qu’on ne me dit pas de Poulain *

La nuit de feu de Schmitt

D’après une histoire vraie De Vigan *

Polars adultes :

Faute de preuve de Coben

Sang dessus dessous d’Izner

BD adultes :

Zahra’s paradise d’Amir&Khalil *

Hyperbole de Brosh

Margaux Motin rencontre la femme parfaite est une connasse de Girard

Cinemastock T.2 de Gotlib

Le grand méchant renard de Renner *

Ce n’est pas toi que j’attendais de Toulmé

Les trois sœurs Minkelsönn (Jeunesse de Thorgal T.1) de Van Hamme

L’œil d’Odin (Jeunesse de Thorgal T.2) de Van Hamme

Runa (Jeunesse de Thorgal T.3) de Van Hamme

Max (Dent d’ours T.1) de Yann

Hanna (Dent d’ours T.2) de Yann

Werner (Dent d’ours T.3) de Yann

Mangas adultes :

Le maître des livres T.5 de Shinohara #

Le maître des livres T.6 de Shinohara #

Romans jeunesse :

Mystère et chocolat (J’aime Lire) d’Alessandrini

James et la grosse pêche de Dahl

L’enfant qui parlait aux animaux de Dahl

RDV km 63 (J’aime Lire) de Girin

Mon meilleur copain (J’aime Lire) d’Hanon

Une grand-mère au grand cœur (J’aime Lire) d’Hendrickx

Le mot interdit (J’aime Lire) de De Hirsching

Sauvons la maîtresse (J’aime Lire) de De Hirsching

Au bout des longues neiges de Noguès

Ma mémé sorcière (J’aime Lire) de Reberg

Le mariage de mémé sorcière (J’aime lire) de Reberg

Album jeunesse

Il ne faut pas habiller les animaux de Barrett

Le bonhomme et l’oiseau de Brière-Haquet

Vive la princesse finemouche de Cole

Petit gruffalo de Donaldson

Victor Hugo s’est égaré de Dumas

Une fois encore de Gravett

Le livre qui avait un trou de Héron

Un drôle d’animal de Jenkins

Toi grand singe de Jenkins

Mon jour de chance de Kasza

Papa est connecté de De Kemmeter

Le rhume de Morgenstern

Elinor n’aime pas l’école de Naumann

La sorcière Rabounia de Naumann

Oh, pétard ! de Naumann

Sacré sandwich de Voltz

Robert campagnol de Waddell

Ne laissez-pas le pigeon conduire le bus de Willems

BD jeunesse :

Une petite étoile juste en dessous de Tsih (Supers T.1) de Maupomé

Supervitaminées (Sisters T.10) de Williams

 (L’* indique critique de lecture présente sur mon blog)

(# indique que je possède ce livre et peux vous le prêter)

Marjolaine

PS Merci à Rara pour le livre de Sempé et à JT&Léna pour le mug !

Publié dans Actu

Partager cet article

Repost 0

Zahra's paradise d' Amir&Khalil

Publié le par musy

Zahra's paradise Amir Khalil Casterman Iran

Zahra's paradise Amir Khalil Casterman Iran

Le livre :

Suite à une manifestation d’étudiants en 2009, une mère n’a plus de nouvelles de son fils Mehdi. Accompagnée de son autre fils, elle se lance dans une quête acharnée pour le retrouver. Elle se heure au silence, au mensonge et à la violence du régime Iranien…

Autour du livre :

Une BD très intéressante qui conte avec fidélité les manifestations des iraniens en 2009 pour faire de leur pays une démocratie et la répression impitoyable qui a suivie. Une BD bouleversante sur l’Iran d’aujourd’hui où une jeunesse, tant d’hommes et de femmes sont sacrifiées sur l’auteur de la dictature du régime Iranien. Les mots liberté et amour n’y ont aucune place.

Une BD à lire en écho à Persepolis de Marjane Satrapi qui brosse aussi un portrait fidèle de l’histoire de L’Iran, son pays.

« Ne cherchez pas, sur Internet ou ailleurs, d'éléments biographiques sur Amir et Khalil, les deux auteurs de Zahra's Paradise. Du premier, on sait seulement qu'il est un militant irano-américain des droits de l'homme, journaliste de profession. Du second, qu'il réalise des bandes dessinées depuis son jeune âge et qu'il s'adonne à la céramique. D'avoir choisi l'anonymat - pour des raisons de sécurité - ajoute à l'intensité dramatique de leur récit, une vraie-fausse fiction au héros invisible et sans visage : un jeune homme porté disparu après une des manifestations qui ont suivi l'élection contestée de Mahmoud Ahmadinejad à la présidence de l'Iran, en juin 2009. »
(Le Monde)

Marjolaine

Publié dans BD

Partager cet article

Repost 0