Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

340 articles avec conseils de lecture

Le fabuleux départ en Laponie de la famille Zoiseaux de Jean-Marie Gourio

Publié le par musy

Gourio oiseaux Zoiseaux Laponie Julliard Papillon Lagerlöf

Gourio oiseaux Zoiseaux Laponie Julliard Papillon Lagerlöf

Le livre :

Roméo Zoiseaux travaille au Crédit Agricole de Bourgogne. C’est un employé sérieux qui s’ennuie un peu de sa vie calme et rangée à la banque, avec sa femme Juliette et leurs enfants Jérémie et Cloé. Il est passionné par les oiseaux et rêve de voler…

A propos du livre :

J’avais beaucoup aimé «L’arbre qui donna le bois dont on fit Pinocchio » où il contait l’aventure du fils d’un marchand de jouet à la recherche de l’arbre magique qui donna vie au pantin de bois…

Gourio développe dans sa collection Papillon chez Julliard, des contes pleins de fantaisie. J’ai hâte de découvrir « Interview d’une vache et scandale au Palais » et à venir « Les mains de Sélim sur le corps du Christ en croix », « la baleine du lac d’Annecy », « J’ai soif soif ! soif ! soif ! mais soif ! ».

La vie de Roméo Zoiseaux calme et rangée demande à être bousculée par de la fantaisie et du rêve. Quel homme n’a pas rêvé de voler comme un oiseau, ivre de liberté et parcourir des paysages lointains ? C’est à ce rêve d’Icare que Gouriot fait référence dans sa dédicace initiale du livre « Tout le monde rêve de voler ». Gouriot écrit un livre « feel good » (qui fait du bien) pour nous inviter à trouver de la fantaisie dans notre quotidien et qui sait continuer à croire en nos rêves d’enfants.

Un petit récit léger pour se détendre à l’approche de l’été qui plaira aux adultes avec âmes d’enfants.

Un livre qui rend hommage à Selma Lagerlöf, l’auteur suédoise du conte pour enfants « Le merveilleux voyage de Nils Holgersson à travers la Suède » où un enfant voyage sur le dos d’une oie sauvage. Ce conte, qui date de 1906-1907, a plu aux petits et grands de nombreux pays, a été adapté en dessins animés (le générique ici)  et même en mangas.

Citations :

« Mes pensées s’accrochent aux plumes des oiseaux et filent avec eux par-dessus les campagnes, très loin, par-dessus les montagnes et les villes, comme le petit Nils Holgersson voyage assis sur le cou d’une oie sauvage. »

« J’aime énormément mes enfants, Jérémie et Cloé. Je veux qu’ils volent. Je veux qu’ils s’envolent. Je veux qu’ils soient heureux. Mais le bonheur des enfants n’est pas du seul fait des parents. Il y a le reste du monde. Il y a la vie. J’ai terriblement peur qu’il leur arrive malheur, et le malheur je n’en veux plus. »

Marjolaine

Publié dans Conseils de lecture

Partager cet article

Repost 0

Elle voulait juste marcher tout droit de Sarah Barukh

Publié le par musy

Barukh Albin Michel seconde guerre mondiale premier roman

Barukh Albin Michel seconde guerre mondiale premier roman

Le livre :

Alice, 8 ans, habite à la campagne avec Jeanne, sa nourrice. Elle doit être discrète, ne pas poser de questions. Un jour sa mère viendra la chercher… Pourquoi ? Parce que c’est la guerre…

Autour du livre :

J’ai été attirée par la couverture de ce livre, issue de la base de données de Getty Images.

J’ai dévoré ce premier roman qui mêle la petite histoire à la grande, la tendresse à la tristesse. On s’attache à cette petite fille qui cherche sa route dans un monde de grands, où la guerre change tout en questions.

Il est intéressant aussi de songer à ses enfants cachés pendant la guerre, pour leur sauver la vie ou pour d’autres raisons… Comment se construire loin de sa famille ? Et quand on retrouve ses parents, changés par la guerre et murés dans leurs secrets, comment être un enfant insouciant ? Et quand les parents ne reviennent pas, comment avancer dans sa vie ?

L’amitié entre Alice et Vadim, cet homme aveugle, blessé de guerre, est touchante. Chacun aide l’autre à résoudre ses peurs et à apprivoiser la vie.

Sarah Barukh a une belle écriture et crée ici un premier roman très prometteur.

Un livre à lire en écho au roman pour adultes « La douleur » de Marguerite Duras qui conte la souffrance de l’écrivain qui attend le retour de son mari, Robert, des camps de la mort et la difficulté à vivre ensuite avec un homme qui n’a plus rien de l’homme qu’elle a connu avant son départ. Un roman à lire en écho au roman jeunesse « Les étoiles cachées » de Régine Soszewicz qui partage son témoignage d’enfant juif, caché à la campagne pendant le seconde guerre mondiale avec sa sœur Marcelle.

Sarah Baruk est une écrivain française. « Elle voulait juste marcher tout droit » est son premier roman. Découvrez une vidéo de l'auteur parlant de son oeuvre ici !

La citation :

"Finalement, sa nourrice était gentille. Les seules choses sur lesquelles elle ne plaisantait pas étaient l’heure de rentrer à la maison, le poulailler où il ne fallait pas aller et les inconnus à qui il ne fallait surtout pas parler. Si elle respectait ces règles, Alice n’aurait jamais de problèmes. »

Marjolaine

Publié dans Conseils de lecture

Partager cet article

Repost 0

Fenêtre sur crime de Linwood Barclay

Publié le par musy

Barclay Fenêtre crime polar J'ai Lu

Barclay Fenêtre crime polar J'ai Lu

Le livre :

Depuis la mort de leur père, Ray habite avec son frère Thomas. Thomas est un peu particulier, il est schizophrène et passe sa vie dans sa chambre devant son ordinateur. Il est persuadé de travailler pour la CIA : il apprend par cœur, avec sa mémoire phénoménale, les plans des villes de toute la planète sur le site Whirl360 en cas d’une attaque terroriste pour pouvoir aider… Un jour Thomas apprend à Ray qu’il a vu une femme se faire tuer en direct sur internet…

Autour du livre :

J’ai adoré ce polar de Linwood Barclay, prêté par ma tante à ma mère.

J’ai découvert cet auteur en lisant son polar « cette nuit-là » : une fille découvre au petit matin que toute sa famille a disparu sauf elle… Pourquoi ?

J’ai aussi aimé « Celle qui en savait trop » : histoire de meurtre et de voyance, « Ne la quitte pas des yeux » : David perd son épouse dans la foule d’un parc d’attraction et ne la revoit plus jamais…, « La fille dans le rétroviseur » : un homme prend en stop une jeune fille sous une pluie battante, la redépose plus loin et le lendemain on n’a plus de nouvelles de cette fille, « Mauvais pas » : un homme vole un sac à main dans un supermarché, pour donner une leçon à sa femme étourdie mais le sac se révèle être celui de quelqu’un d’autre…

Je suis toujours curieuse de découvrir les polars de Linwood Barclay, sorte de Harlan Coben : des polars faciles à lire, à suivre et pas trop gores.

« Fenêtre sur crime » est mon préféré ! En effet, internet fait partie de nos vies et on peut passer beaucoup de temps (moi y compris), comme Thomas, le personnage du roman, à surfer dessus, voir des vidéos, des photos et lire des infos même sur des gens qu’on ne connaît absolument pas, de là à surprendre un crime en ligne… tout est possible.

Whirl360 est une adaptation romanesque des sites Google Maps, où on peut en quelques clics avoir les plans de n’importe quel endroit dans le monde, référencé par Google et Google Street avec ses voitures avec caméras sur le toit, qui filment, prennent en photos des rues du monde entier.

La relation entre Ray et son frère Thomas, handicapé est touchante, oscillant entre affection, énervement et incompréhensions. Le fait que Thomas soit handicapé rend les choses inattendues car Thomas vit un peu dans un autre monde…

Ce polar ferait un très bon film !

Un polar à lire en écho au film « Switch » qui est un thriller autour des sites d’échanges d’appartements entre particuliers, le temps de vacances (d’où le titre « switch » qui veut dire « échanger » en anglais), et au livre « Muraille invisible » de Mankell qui mêle informatique et meurtres… (un des meilleurs de Mankell)

Linwood Barclay est un écrivain canadien né en 1955.

Les citations :

C’est par hasard s’il a tourné dans Orchard Street, par hasard encore s’il a remarqué la fenêtre à ce moment-là. Ça aurait très bien pu arriver en semaine, un mois, voire un an plus tard. Mais il a fallu que ça se passe ce jour-là »

« En cliquant sur une rue en particulier, vous pouviez la voir. La voir vraiment. Comme si vous y étiez, en plein milieu. A chaque clic de souris, vous avanciez de plusieurs mètres. EN maintenant le bouton de la souris enfoncé, vous vous déplaciez sur la gauche ou la droite, ou tourniez sur vous-même pour une vue de 360 degrés. Si quelque chose dans une vitrine ou un restaurant attirait votre attention, vous aviez la possibilité de zoomer dessus. Lire le menu du jour- « Foie aux oignons $5,99 » - si ça vous chantait. »

Marjolaine

Publié dans Conseils de lecture

Partager cet article

Repost 0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>