Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

340 articles avec conseils de lecture

Le roman du masque de fer de Ruffin

Publié le par musy

Ruffin Masque de fer Rocher

Ruffin Masque de fer Rocher

Le livre :

Au XVIIème siècle, sous le règne de Louis XIV, un mystérieux prisonnier, dont on ne doit pas prononcer le nom, est enfermé à la forteresse de Pignerol et gardé par Monsieur Saint Mars. Qui est-il ? C’est un des mystères les plus intriguant de l’Histoire…

Autour du Livre :

J’ai toujours été passionnée par l’histoire du mystérieux homme au masque de fer, immortalisé au cinéma par Randall Wallace en 1998  avec Léonardi Di Caprio.

Dans ce livre, l’auteur nous propose une des réponses qui a été apportée à ce mystère. Voltaire en proposa une autre…

Michel Ruffin est un écrivain français né en 1943.

Marjolaine

Publié dans Conseils de lecture

Partager cet article

Repost 0

Berezina de Sylvain Tesson

Publié le par musy

Tesson Berezina voyage Russie Napoléon

Tesson Berezina voyage Russie Napoléon

Le livre :

Sylvain est un aventurier moderne toujours en quête de nouveaux défis. Avec quelques compagnons de voyage, il décide de refaire le trajet de la retraite de Russie Napoléonienne de 1812 en side-car et motos…

Autour du Livre :

J’ai bien aimé ce livre qui mêle carnet de bord de voyage et souvenirs de l’épopée Napoléonienne. Se dire qu’en 1812 des milliers de soldats, de chevaux voyagèrent dans des conditions apocalyptiques, dans le froid, la faim et la guerre soutenus par leur foi en l’empereur…

J’ai envie de lire les mémoires  de Caulaincourt, général de Napoléon qui consignât tant de souvenirs par écrit dont la retraite de Russie.

Sylvain Tesson est un voyageur et écrivain français né en 1972.

Des citations :

« Nous avons répété l’itinéraire de la Grande Armée lors de sa Retraite de Russie de 1812 sur nos trois side-cars soviétiques. Nous avons rendu  hommage aux héros. Pour eux, ce fut la bérézina. Pour nous l’un des plus émouvants voyages de notre vie. »

« Les souffrances endurées en 1812 par près d’un million d’hommes de toutes les nationalités m’avaient  obsédé. J’avais clapoté dans le souvenir napoléonien pendant des semaines. La nuit, je les voyais, ces civils éperdus et ces soldats blessés, ces bêtes suppliciées, danser leur sabbat devant mes yeux. J’offrais mes insomnies à leur souvenir. Le jour mon imagination à leur sacrifice. »

« Et la Retrait de Russie fut justement une débandade incertaine. Les hommes et leurs chefs ne commandaient plus rien au destin, ils se trouvaient le jouet de forces non maîtrisables. Ils avaient gagné militairement, ils s’écroulèrent logistiquement. Napoléon avait beau claironner que l’intendance suivrait. Elle ne suivit pas. »

Marjolaine

Publié dans Conseils de lecture

Partager cet article

Repost 0

La tête en friche de Marie-Sabine Roger

Publié le par musy

tête en friche Roger Feryane

tête en friche Roger Feryane

Le livre :

Germain est un homme de la quarantaine, un peu simple, un peu balourd mais au cœur d’or. Il se lie d’amitié avec Margueritte, vieille dame frêle qui aime lire sur un banc dans un jardin. Bientôt la vieille dame lui propose de lui lire des livres …

Autour du Livre :

J’ai découvert l’œuvre de Marie-Sabine Roger cette année. J’aime beaucoup la profondeur humaine de ses personnages.

Germain découvre à sa manière La Peste de Camus, La promesse de l'aube de Gary et Le vieux qui lisait des romans d'amour de Sepulveda.

J’ai beaucoup aimé ce roman (bien qu’uniquement disponible en gros caractères dans ma bibli) et j’aimerais découvrir le film qui en a été tiré avec Depardieu et Casadesus.

Marie-Sabine Roger est une écrivain française née en 1957.

Des citations :

« J’ai décidé d’adopter Margueritte. Elle va bientôt fêter ses quatre-vingt-six ans, il valait mieux pas trop attendre. Les vieux ont tendance à mourir. »

« Quand je regarde Margueritte, c’est drôle, je ne vois qu’une toute petite mémé de quarante kilos, fripée comme un coquelicot, le dos un peu cassé et les mains qui breloquent, mais, dans sa tête, elle a des milliers d’étagères de livres, tous bien rangés, numérotés. Et ça ne se voit pas qu’elle est intelligente. Enfin, qu’elle l’est à ce point-là. Elle me parle normalement, elle se promène au parc, elle compte les pigeons, comme font les personnes ordinaires. »

Marjolaine

Publié dans Conseils de lecture

Partager cet article

Repost 0