Sweet Sixteen d'Heurtier

Publié le par musy

Sweet Sixteen d'Heurtier

Le livre :

Cette rentrée-là est hors du commun : 9 étudiants noirs vont faire leurs études pour la première fois dans le même lycée que celui des blancs. Molly, jeune fille noire, choisit de faire partie de l’aventure, dans l’espoir que les différences entre noirs et blancs disparaissent. Les 2 500 élèves du lycée Little Rock de l’Arkansas ne veulent pas du tout accueillir ces nouveaux élèves. La rentrée s’annonce mouvementée…

Autour du livre :

Livre proposé par Sophie, membre de mon club de lectrices, pour la prochaine rencontre du club autour d’un livre jeunesse.

J’ai beaucoup aimé ce roman jeunesse qui s’inspire d’une histoire vraie qui s’est passée dans les années 1950. L’histoire d’Ernest Green, Elizabeth Eckford, Jefferson Thomas, Terrence Roberts, Carlotta Walls, Minijean Brown, Gloria Ray, Thelma Mothershed, Melba Patillo. En 1999, les 9 étudiants reçurent « The Congressional Gold Medal », la plus grande distinction qui puisse être remise à un citoyen américain. En décembre 2008, ils furent invités par Obama pour assister à son investiture comme premier président afro-américain des Etats-Unis.

J’ai été choquée par la violence subie par ces 9 étudiants noirs que l’armée a dû protéger.

Ce roman m’a fait penser à la Couleur des sentiments (livre et film) qui montre le racisme des riches blanches envers leurs domestiques noires, celles qui pourtant élèvent leurs enfants.

Annelise Heurtier est une écrivain française née en 1979.

Des citations :

«La vie des noirs semblait être faite d’un ingénieux assemblage d’injustices courantes, ne visant qu’à une chose : les maintenir à leur place, c’est-à-dire sous les semelles des blancs.»

« Chez elle, il y avait également une domestique noire et, bien qu’elle l’ait bercée, changée et amusée pendant toute son enfance, Grace devait bien reconnaître qu’elle n’avait contracté aucune maladie spécifique. Loin de là. Entre Grace et Minnie, une vraie complicité s’était nouée. Non, plus que de la complicité. De l’amitié. »

« Un Blanc pouvait vous insulter, vous cracher au visage, vous frapper, vous pendre à un lampadaire… il aurait toujours raison. Les Noirs, eux, avaient simplement le droit de se laisser faire sans broncher. »

Marjolaine

Publié dans Livres jeunesse

Commenter cet article