Tout va très bien madame la comtesse ! de Francesco Muzzopappa

Publié le par musy

comtesse humour Muzzopappa

comtesse humour Muzzopappa

Le livre :

La comtesse Maria Vittoria dal Pozzo della Cisterna n'en peut plus : son mari est mort écrasé contre un arbre, son fils Emanuele est un bellâtre crétin comme une bûche qui dilapide l’héritage familial. La comtesse se doit d’agir et vite si elle veut garder son train de vie exceptionnel et boire les cocktails que lui prépare avec minutie, Orlando, son majordome zélé…

Autour du livre :

J’ai eu envie de lire ce livre dont le titre rappelle la chanson « Tout va très bien madame la marquise » de Ray Ventura, qui conte les mésaventures d’une comtesse qui apprend petit à petit  au téléphone par son majordome, l’étendue du désastre qui l’attend à son retour chez elle.

Il est difficile de trouver des livres légers à lire (ou « feel good » comme on le dit souvent) et à conseiller à mon entourage ou aux usagers de la bibliothèque, aussi j’en lis dès que le titre m’inspire  et en défend l’achat lors des réunions d’acquisitions (pour choisir les nouveautés à acheter ) à la bibliothèque. Dans la liste des auteurs « feel good », je mets : Legardinier, Safier, Jonasson, Bartelt, Sharpe, Paasilinna, Monfils, Bennett, Puertolas… et maintenant Muzopappa !

J’ai bien aimé découvrir ce roman  plein d’humour de Muzzopappa qui présente des personnages loufoques comme la comtesse, rusée, digne et exubérante, le fils très bête, le petit dealer vulgaire mais soigneux et le super-voleur looser à la fierté unique. Un moment détendant sans prétention. Un style sans folies mais qui se laisse lire. Un livre qui met de bonne humeur !

Francesco Muzzopappa est un écrivain italien né en 1976.

Les citations :

« Mais pour me remplacer, il faudrait un esprit avisé, doué d’un charisme que mon fils, à l’instar des huîtres, est fort loin de posséder. »

« Ce n’est plus un mystère. Beaucoup de parvenus, envieux, décident de s’offrir un titre nobiliaire en l’achetant à bas prix quelque part sur l’Internet. Le plus souvent, ils reçoivent des parchemins contrefaits en Albanie. « Ils veulent être nous », disait mon père, devenu vieux et sur le point de retomber en enfance. Comme si pour nous, il suffisait de se faire expédier un parchemin. De la noblesse, ils n’ont ni les manières ni le savoir-faire ; ils n’en ont pas non plus l’aplomb, ni le détachement caractéristique, indispensables lors de dîners importants. Ils ne savent pas rester à leur place et ne respectent pas les tours de parole. Ils s’imposent et cherchent à dominer la conversation. »

Marjolaine

Publié dans Conseils de lecture

Commenter cet article