Elle voulait juste marcher tout droit de Sarah Barukh

Publié le par musy

Barukh Albin Michel seconde guerre mondiale premier roman

Barukh Albin Michel seconde guerre mondiale premier roman

Le livre :

Alice, 8 ans, habite à la campagne avec Jeanne, sa nourrice. Elle doit être discrète, ne pas poser de questions. Un jour sa mère viendra la chercher… Pourquoi ? Parce que c’est la guerre…

Autour du livre :

J’ai été attirée par la couverture de ce livre, issue de la base de données de Getty Images.

J’ai dévoré ce premier roman qui mêle la petite histoire à la grande, la tendresse à la tristesse. On s’attache à cette petite fille qui cherche sa route dans un monde de grands, où la guerre change tout en questions.

Il est intéressant aussi de songer à ses enfants cachés pendant la guerre, pour leur sauver la vie ou pour d’autres raisons… Comment se construire loin de sa famille ? Et quand on retrouve ses parents, changés par la guerre et murés dans leurs secrets, comment être un enfant insouciant ? Et quand les parents ne reviennent pas, comment avancer dans sa vie ?

L’amitié entre Alice et Vadim, cet homme aveugle, blessé de guerre, est touchante. Chacun aide l’autre à résoudre ses peurs et à apprivoiser la vie.

Sarah Barukh a une belle écriture et crée ici un premier roman très prometteur.

Un livre à lire en écho au roman pour adultes « La douleur » de Marguerite Duras qui conte la souffrance de l’écrivain qui attend le retour de son mari, Robert, des camps de la mort et la difficulté à vivre ensuite avec un homme qui n’a plus rien de l’homme qu’elle a connu avant son départ. Un roman à lire en écho au roman jeunesse « Les étoiles cachées » de Régine Soszewicz qui partage son témoignage d’enfant juif, caché à la campagne pendant le seconde guerre mondiale avec sa sœur Marcelle.

Sarah Baruk est une écrivain française. « Elle voulait juste marcher tout droit » est son premier roman. Découvrez une vidéo de l'auteur parlant de son oeuvre ici !

La citation :

"Finalement, sa nourrice était gentille. Les seules choses sur lesquelles elle ne plaisantait pas étaient l’heure de rentrer à la maison, le poulailler où il ne fallait pas aller et les inconnus à qui il ne fallait surtout pas parler. Si elle respectait ces règles, Alice n’aurait jamais de problèmes. »

Marjolaine

Publié dans Conseils de lecture

Commenter cet article